ABOUT
CONTACT
DAVID RICARDO
Il a codifié les pratiques du commerce international.
THOMAS MALTHUS
Il a mis en garde contre l’explosion démographique.
BOURSE
FINANCE
STRATEGIE
ECONOMIE
HISTOIRE


BOURSE

Comment choisir ses actions ?

Il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier

Cette première formule peut paraître simpliste, mais c’est le B. A.-BA pour éviter les pertes : il faut diversifier ses investissements. Elle s’applique sur les marchés financiers et plus généralement à la gestion du patrimoine : diversifier la nature de ses investissements entre Bourse et immobilier, par exemple, mais aussi diversifier les dépositaires de ces investissements – les banques – et ceux à qui vous confiez leur gestion.

Soyez craintifs quand les autres sont avides, soyez avides quand les autres sont craintifs

Ne suivez pas la foule, évitez les comportements moutonniers : c’est ce que préconise l’homme d’affaires américain Warren Buffet, auteur de cette citation. C’est quand personne ne veut acheter que ça vaut le coup de le faire. Et inversement : quand tout le monde achète et que les cours remontent, il est déjà trop tard !

On achète la rumeur et on vend la nouvelle

Ce proverbe nous rappelle que la Bourse est un marché d’ANTICIPATION, les deux pieds constamment dans le futur : les investisseurs achètent quand la nouvelle n’est qu’une rumeur, par exemple, quand ils anticipent une baisse des taux d’intérêts. Et sont déjà passés à autre chose quand elle se concrétise…

J’ai fait fortune en vendant toujours un peu trop tôt

C’est le secret du baron James de Rothschild. En clair : il faut savoir vendre lorsque l’on a réalisé une belle plus-value. Etre trop gourmand, c’est risquer de tout perdre. Un proverbe plus « boisé » traduit la même idée : « Les arbres ne montent pas jusqu’au ciel, la Bourse est faite du même bois ».

Quand Wall Street éternue, la Bourse de Paris s’enrhume

La Bourse américaine étant la plus importante, puisqu’elle représente environ 50 % de la capitalisation boursière mondiale, elle donne le « la » : une mauvaise nouvelle aux Etats-Unis aura des répercussions importantes à Paris. Mais là où Wall Street se contentera d’éternuer, les conséquences seront plus graves sur les marchés dépendants, plus faibles et donc plus sensibles aux virus : ce sera le rhume !

Il y a deux cas dans lesquels un homme ne devrait pas spéculer en Bourse : quand il n’en a pas les moyens et quand il en a

C’est à l’écrivain américain Mark Twain que nous devons cette cuillérée de bon sens. Si vous n’en avez pas les moyens, souligne-t-il, ne flirtez pas avec la Bourse , car il faut pouvoir perdre les sommes investies sans se mettre sur la paille. Vous avez, au contraire, beaucoup, vraiment beaucoup d’argent ? Un placement avec un rendement faible suffira à assurer votre train de vie et celui de vos descendants, sans risques…

Ne pas rattraper un couteau qui tombe

Voilà un conseil qui vaut aussi bien pour les enfants que pour les boursicoteurs ! L’adage rappelle qu’il est dangereux d’entrer sur le marché en cas de chute vertigineuse, lors de mouvements de panique, quand la situation est si irrationnelle que tout est possible.

Préférez les filles aux mères

Par filles, comprenez ici « filiales » et par mères, « holdings ». S’il est judicieux de préférer les premières aux secondes, c’est parce que leur activité est plus facile à identifier : on sait comment elles gagnent de l’argent et où elles risquent d’en perdre, alors que les secondes sont souvent constituées d’une cascade d’entreprises diverses.

Une personne très riche doit laisser suffisamment à ses enfants pour qu’ils fassent ce qu’ils veulent, mais pas assez pour qu’ils ne fassent rien

C’est encore Warren Buffet qui répond ici aux interrogations des parents fortunés qui se demandent comment aider leurs enfants tout en leur inculquant la valeur de l’argent et en se gardant bien de les démotiver…